Informations générales concernant les incendies


La sécurité incendie des bâtiments fait partie des exigences de base du Règlement européen concernant les produits de construction (CPR).

La sécurité incendie des bâtiments concerne avant tout la sécurité des occupants, mais s'attache également à la protection des valeurs matérielles. Les données concernant les incendies accidentels montrent que les fumées et les gaz toxiques représentent le plus grand danger pour les humains. Ces éléments tuent bien avant que la température ou les flammes n'aient eu le temps de se développer. Par conséquent, la sécurité des occupants, premier critère de toute conception, consiste avant tout à assurer une évacuation rapide en cas d'incendie. 
 

Triangle du feu

 

Pour qu'un feu se développe dans un bâtiment, trois éléments sont nécessaires : de l'oxygène, un matériau combustible (le carburant) et une source de mise à feu (la chaleur). En règle générale, les matériaux combustibles et l'oxygène sont toujours disponibles. Le troisième facteur, la mise à feu, peut par exemple découler de l'inattention portée à une flamme nue, une étincelle ou une cigarette. Pour stopper une réaction de combustion, il faut supprimer l'un des trois éléments de ce "triangle du feu".

Si le feu génère de la chaleur plus vite que celle-ci ne peut s'échapper de la pièce contenant l'incendie (débit calorifique), la température dans la pièce augmentera rapidement. Une fois qu'assez d'énergie calorifique aura été générée, des embrasements instantanés se produiront et le feu passera rapidement de sa phase de croissance à sa phase entièrement développée. Ce faisant, le feu se propagera à toutes les surfaces combustibles de la pièce et les flammes sortiront par les ouvertures. À ce stade, il ne restera aucun survivant dans la pièce.

L'utilisation répandue de matériaux de construction combustibles, tels que le bois, ainsi que celle de plus grands volumes de matériaux d'isolation thermique pour assurer l'efficacité énergétique, augmente la charge incendiaire des bâtiments. La chose la plus importante pour retarder l'embrasement instantané est donc de vérifier le débit calorifique des matériaux.

Courbe du feu standard


Courbe de feu standard  Un feu domestique typique peut couver pendant plusieurs heures avant de se déclarer. Lorsque la température en haut d'une pièce atteint plusieurs centaines de degrés, la température des autres surfaces de la pièce commence à augmenter également. La propagation du feu s'accélère à partir de 400 ⁰C. À 500–600 ⁰C, toutes les surfaces combustibles d'une pièce s'enflamment sous l'effet d'un embrasement instantané. Dans les appartements modernes, la durée entre le début de l'incendie et l'embrasement instantané est généralement de 3–5 minutes. Après un embrasement instantané dans un feu complètement développé, la température peut atteindre 1000–1200 ⁰C.

 

En étudiant le feu dans ses diverses étapes, il est possible de distinguer trois phases différentes

Les trois phases d'un incendie 

 

  1. Au cours de la première phase (mise à feu) d'un incendie, l'on constate que les surfaces des matériaux jouent un rôle très important. Les produits non combustibles ne contribuent pas au feu et les occupants disposent de plus de temps pour évacuer la pièce. En outre, la propension des matériaux à générer des fumées doit être prise en compte : les gaz toxiques et la visibilité réduite peuvent tuer bien avant l'incendie lui-même. Les produits non combustibles n'émettent pas de gaz toxiques et de fumées.
  2. Dans la deuxième phase (flambée) d'un incendie, la protection structurelle contre les flammes joue un rôle plus important. La deuxième phase dure aussi longtemps que des matériaux combustibles sont disponibles.
  3. La troisième phase est atteinte une fois que tous les matériaux combustibles ont été brûlés.

 

 

Protection contre les incendies

Un incendie dans un bâtiment peut avoir pour conséquences la mort de ses occupants et la destruction de tous les biens. Près de la moitié des remboursement annuels des assurances concernent des dégâts causés par des incendies. Les dégâts des eaux représentent pour leur part près de 30 % et les vols près de 20 %. Les bâtiments, au même titre que leur contenu, contribuent à la propagation du feu. En utilisant une protection contre les incendies, les risques d'incendie peuvent être considérablement réduits.

La protection contre les incendies d'un bâtiment se divise entre les mesures de protection passives et actives.

La protection passive est généralement intégrée à la structure et permet au bâtiment de résister au feu pendant une période donnée. Son objectif est de protéger la structure et les occupants d'un bâtiment en cas d'incendie en:

  • Réduisant ou empêchant la propagation intérieure et extérieur du feu
  • Maintenant la stabilité du bâtiment
  • Assurant des voies d'évacuation aux occupants

La protection passive inclut le cloisonnement et la protection structurelle contre les incendies.

La protection active se déclenche lorsqu'un incendie se déclare. Elle inclut les systèmes de détection et d'alarme, les extincteurs automatiques, les portes de communication et volets à fusible, l'éclairage d'urgence et les systèmes d'extraction des fumées. Tout endommagement du mécanisme d'alimentation en eau et des valves de fonctionnement, ou même la simple ignorance, peuvent rendre le système inefficace. Il serait donc imprudent de construire un bâtiment dont la seule protection contre les incendies reposerait sur un système dont le fonctionnement ne peut être garanti en permanence.

Le choix des matériaux de construction et de leur utilisation afin d'assurer le niveau requis de protection passive repose sur deux facteurs: leur réaction au feu et leur résistance aux flammes.